You are currently viewing QNED ? Neo-QLED ? Mini-LED ? Décryptage des derniers acronymes des technologies TV

QNED ? Neo-QLED ? Mini-LED ? Décryptage des derniers acronymes des technologies TV

  • Post author:
  • Post category:Blog

Si vous êtes à la recherche d’un nouveau téléviseur de qualité, il est facile de s’embrouiller dans la dernière portion de soupe à l’alphabet en matière de technologies d’écran.

L’OLED est depuis longtemps l’étalon-or en termes de qualité d’image, mais il existe une gamme croissante de rivaux portant des noms similaires qui prêtent à confusion, comme Neo-QLED, QNED et ULED. Qu’est-ce que tout cela signifie ?

Tous les écrans de télévision sont constitués de millions de pixels, qui changent constamment de couleur. La plupart des écrans LCD sont dotés de rétroéclairages LED lumineux qui éclairent les pixels pour que vous puissiez voir l’image.

Les écrans OLED, en comparaison, n’ont pas de rétroéclairage. Au lieu de cela, chaque pixel est sa propre lumière colorée. Si vous en éteignez un, il sera parfaitement noir, même si le pixel voisin est très lumineux.

Chaque technologie d’écran a ses forces et ses faiblesses. Les téléviseurs à rétroéclairage LED sont généralement plus lumineux que les OLED, avec parfois des couleurs plus vives. Cela peut être important si vous regardez un film dans une pièce très éclairée.

Le LG C1 est disponible en grande taille pour s’adapter aux espaces ambitieux que l’on voit sur les photos promotionnelles, mais aussi en petite taille pour convenir aux foyers ordinaires.

La contrepartie est que les téléviseurs rétroéclairés par LED peuvent avoir du mal à bloquer complètement le rétroéclairage, pour produire des noirs vraiment profonds et un excellent contraste. C’est là que l’OLED excelle, et c’est pourquoi il donne le meilleur de lui-même dans une pièce sombre.

Au fil du temps, les OLED sont devenus plus brillants, avec des couleurs plus vives, tandis que les téléviseurs rétroéclairés par LED sont devenus plus performants dans le contrôle du rétroéclairage.

Ce qui nous amène à la dernière série d’acronymes, qui sont tous des termes marketing pour une technologie appelée Mini-LED.

Le concept de gradation locale

Sur les téléviseurs rétroéclairés, la lumière est souvent divisée en zones qui peuvent être contrôlées indépendamment ; c’est ce qu’on appelle la “gradation locale”.

Imaginez un cimetière à minuit, avec une pleine lune brillante dans le ciel. Un rétroéclairage à zone unique est obligé de trouver un compromis entre les zones claires et les zones sombres lors du réglage de la luminosité. En conséquence, la lune blanche et les ombres noires semblent un peu grises et délavées.

Il y a également un halo indésirable autour de la lune et des étoiles, car le rétroéclairage brillant ressort de derrière le ciel supposé sombre.

Avec la gradation locale, les différentes zones peuvent être éclairées de manière appropriée, avec une lumière plus forte derrière la lune et une lumière plus faible ailleurs. Désormais, la lune brille, mais les ombres restent sombres et très contrastées, de sorte que vous pouvez toujours voir un ciel plein d’étoiles et les vampires à l’affût.

Plus il y a de zones de gradation, meilleure est l’image, et c’est là que le Mini-LED entre en jeu. Son rétroéclairage est constitué de centaines, voire de milliers de LED miniatures.

Neo-QLED est la version de Samsung du Mini-LED, tandis que LG l’appelle QNED et Hisense Mini-LED ULED. TCL, quant à lui, appelle certains de ses modèles Mini-LED et d’autres, plus petits, OD Zero Mini-LED. Bien qu’ils visent tous à améliorer le contraste, tous les téléviseurs Mini-LED ne sont pas égaux ; le nombre et la taille des zones varient considérablement.

De nombreux téléviseurs Mini-LED ajoutent également des filtres “quantum dot”, “nano-cellules” et “triluminos” pour améliorer encore la luminosité et la précision des couleurs dans le but de surpasser les OLED.

Le téléviseur qui vous impressionnera le plus dépendra de ce que vous voulez regarder, du moment où vous voulez le regarder et de votre sens du détail.

Dans une pièce très éclairée, la mini-LED combinée à des points quantiques a un aspect étonnant, égalant le contraste de l’OLED et battant sa luminosité. Mais une fois la nuit tombée, l’OLED a toujours le dessus lorsqu’il s’agit d’obtenir un contraste phénoménal et les noirs les plus profonds.

N’oubliez pas que rien de tout cela n’affecte la netteté, car la résolution de l’image est déterminée par le nombre de pixels de l’écran. Les Mini-LED sont disponibles en résolutions 4K et 8K, même s’il n’y a encore rien à regarder en 8K. Par ailleurs, les OLED 4K sont courants, mais les OLED 8K sont encore assez rares et chers.

Il n’y a pas un seul téléviseur pour tous les dominer, il est donc utile de comprendre la différence lorsque vous recherchez le meilleur grand écran pour votre salon.